p o r t r a i t  |  c a t a l o g u e  |  c a t a l o g u e   l e s   m a r m o t s  |  p a r u t i o n s  |  c o n t a c t  /  c o m m a n d e s

 

parutions

 

magazine KAUFMAN & BROAD
N°1. automne 2oo6

<< >>


DESIGNER
> CONSTANCE D’HAUTHUILLE
« Je m’inspire de la lumière du Sud »


Constance d’Hauthuille peint sur de la porcelaine. Le résultat est joli, fruité, gai. La jeune créatrice de 33 ans est née à Aix en Provence, et il faut sans doute y voir un début d’explication.

Vous remettez au goût du jour un artisanat ancien ?

La peinture sur porcelaine fait généralement penser à une activité de grand-mères, mais j’ai voulu utiliser ces techniques pour créer quelque chose de très moderne, qu’il s’agisse des couleurs ou des modèles, à la plume, à l’éponge ou au pinceau.

Comment travaillez vous ?
Depuis le début, il y a quatre ans, je travaille seule. J’ai une toute petite production : entre 15 et 2o pièces par jours. J’ai également plusieurs partenariats avec des éditeurs au Japon et en Europe, qui reproduisent mes dessins sur du linge de maison ou des articles de papeterie.

Quels sont vos thèmes de prédilection ?

Ma mère est styliste, ainsi j’ai vécu proche de son atelier depuis ma tendre enfance. Je lui dois ma sensibilité pour les couleurs et mon sens de l’observation pour les formes des pétales de fleurs par exemple. La lumière du Sud m’inspire, elle modifie sans cesse les reliefs suivant l’intensité de ses caresses. A Aix en Provence, les gens sont beaux à 17heures ! Je cherche également des idées en me promenant dans les marchés exotiques. Je pense aux camaïeux de couleurs sur les étals des marché africains, ou encore aux produits improbables, avocats ou escargots géants, fruits inconnus venus d’ailleurs que l’on trouve chez Tang frères dans le 13°.
<< >>




2008 Constance d'Hauthuille, tous droits réservés.